Filer la laine ou tout autre matière pour obtenir un fil régulier est une expérience étonnante. Tricoter un fil que l’on a filé, est un expérience exaltante : on percevrait presque un parfum d’auto-suffisance. Mais le MUST reste tout de même de travailler une fibre que l’on a lavée, peignée ou cardée, puis filée.  Une tendre familiarité se développe entre la fibre et la main, l’imagination s’emballe,  la créativité s’exprime à plein poumons.

Le cliché ci-dessous présente la toison brute, telle que je l’ai reçue. La photographie ayant ses limites, il n’y a malheureusement pas l’odeur ni le gras divin de la fibre.

[gallery_bank type= »images » format= »blog » title= »true » desc= »false » display= »all » sort_by= »random » special_effect= »none » animation_effect= »bounce » album_title= »false » album_id= »9″]

La première étape consiste à laver la toison, avec un détergent doux pour être sûr qu’elle soit bien propre. Puis, le peignage qui consiste à séparer les fibres courtes des fibres longues. Prêts pour l’étape suivante ! Le filage : le fil réalisé à partir de cette même toison peignée. J’ai tout d’abord filé un premier brin composé de mes fibres peignées et du fil orange (bambou). Enfin, il a été retordu avec le fil beige clair (coton).

[gallery_bank type= »images » format= »thumbnail » title= »true » desc= »false » img_in_row= »3″ display= »all » sort_by= »random » animation_effect= »swing » album_title= »false » album_id= »8″]

Que faire de ce fil original et texturé ? Un simple col serait parfait pour agrémenter n’importe quelle tenue. Car les couleurs restent sobres et faciles à marier. Et voilà !

[gallery_bank type= »images » format= »thumbnail » title= »true » desc= »false » img_in_row= »3″ display= »all » sort_by= »random » animation_effect= »swing » album_title= »false » album_id= »7″]

Alors, vous en pensez quoi ?


Laisser un commentaire