Avoir l’occasion de voir de près une restauration de tapisserie, c’est un peu comme faire un bon dans le temps. On a alors accès à des techniques de tissage insoupçonnées, à des couleurs inédites, à une histoire révolue mais toujours vivante.

Restaurer pour conserver consiste à intervenir le moins possible sur la tapisserie. Quelques points pour solidifier et garantir plus avant la pérennité de l’oeuvre.

Dans cette tapisserie du Roi (XVIIème), on peut observer le visage de Louis XIV, de Marie-Thérèse d’Autriche, ainsi que de l’évêque de Bayonne qui célébra le mariage. De près, le tissage est très fin, et par endroit, on peut observer la chaine qui apparaît, fine et parfois inégale parce que filée à la main.

On prendra le temps d’observer les couleurs qui ont traversées les siècles et la perfection des visages. Le visage de l’évèque est si finement exécuté qu’on voit les ombres et les chairs sont presque vivantes. Observer ces tapisseries est un véritable moment d’émotion : il y a quatre siècles, des mains ont travaillées pour filer chacun des fils qui composent ce tissage ; elles ont teint les couleurs avec des techniques et des matériaux que nous ne possédons plus. Et surtout elle représente notre Roi, un temps révolu où la France était un royaume.

Cette tapisserie du XVIIIème siècle présente une scène Biblique au bord du Nil. On peut voir sur les images les joues roses du sphinx, les pieds délicatement tissés et une scène de pêche sur le Nil. Les personnages ne font que quelques centimètres de haut et pourtant on aperçoit le vent qui fait bouger leur tunique. Les couleurs et la finesse du tissage sont remarquables.

Cette tapisserie du XIXème siècle laisse voir de superbes drapés. Le tissu du personnage est si réaliste qu’on pourrait le toucher. Observons le pied du personnage, dont les ombres donnent cet aspect potelé aux orteils. Rappelons qu’une tapisserie n’est qu’une compilation de fils de laine. Cette simple vérité rend d’autant plus impressionnant le travail des lissiers qui donnent vie à des formes complexes par des techniques simples.

Ces tapisseries sont très grandes, plusieurs mètres de larges et de haut. Le temps de restauration est donc relativement long et minutieux, il demande plusieurs semaines.

Merci au Mobilier National d’Aubusson qui m’a autorisée à prendre ces clichés.


Laisser un commentaire