Thomas Gleb, Yehouda Chaïm Kalman, est né en 1912 dans une famille de tisserand à Zelow près de Lodz, en Pologne. Il apprend d’ailleurs ce métier à 15 ans. Il prend notamment des cours de peinture auprès de Mittler, un peintre qui lui apprendra le dessin « réaliste ». Gleb se consacre au dessin et à la peinture. Lorsqu’il arrive à Paris en 1932, il prend alors le pseudonyme de Gleb et commence à exposer dès 1936.

Ses dessins et travaux sont traduits en tapisserie, notamment grâce à sa rencontre avec Pierre Daquin. Inspiré par le travail de la matière, Pierre Daquin propose à Gleb de tisser ses pafilages, collages de papier blanc qui donneront de nombreuses tapisseries blanches où le travail de la matière prédomine.

Thomas Gleb meurt en 1991. Il laisse une oeuvre importante de dessins, peintures, sculptures et tapisseries. Ces dernières sont connues pour leurs jeux de matière et de textures.

 

 


Laisser un commentaire