Le dessin est une activité essentielle de la création de tapisserie et même de son interprétation.

Il permet de comprendre les formes, les valeurs pour capter ce qu’est un volume et de comprendre les contrastes pour ensuite les travailler en couleurs.

Dessiner est le mouvement initial qui permet de piocher à l’intérieur de soi-même et de découvrir des tendances personnelles et des préoccupations authentiques. Par exemple, dans mes dessins, on retrouve deux tendances naturelles : l’accumulation, et la végétation. Je pourrais longuement expliquer pourquoi, mais là n’est pas mon propos.

Ce qu’il est essentiel de savoir en dessin est qu’un bon dessin n’est pas une copie de la réalité. C’est un dessin techniquement satisfaisant, voire parfait, certes, mais un bon dessin ne se réduit pas à cela.

Un bon dessin est un dessin authentique. Un dessin qui parle de l’intérieur de soi et qui ne ment pas. Qui propose un véritable univers. Bien sur, avec de la technique, c’est mieux, mais ce n’est pas suffisant.

Le mood board

Pour trouver l’inspiration à mes dessins et compléter mon panel de formes et d’outils d’expression, j’utilise une méthode que l’on m’a apprise : le mood board.

Un mood board est une planche de tendance, un regroupement de formes et de matières, de couleurs récupérées dans des images prises de magazines ou autre.

Ces planches permettent de cultiver son imaginaire en apprenant à la main à imaginer, à inscrire en soi de nouvelles possibilités et de guider son imaginaire. Elle permet également de s’entrainer au dessin, ce qui n’est pas négligeable.

On peut y coller des matières, comme quelques fils de laine ou de coton. Cet outil est fréquemment utilisé dans l’industrie du textile.

L’univers du moment : les Chamanes

En ce moment, mon motif récurrent est orienté sur une légende personnelle des Chamanes.

Mes Chamanes sont de petits personnages qui habitent un univers végétal onirique et qui sont à l’origine de la vie. Elles l’inspirent et lui offrent la possibilité de développer toutes les formes possibles.

J’ai commencé mes petites légendes lors d’un cours d’histoire de l’art. Ça a commencé sur une enveloppe ou un bout de papier. Et puis, c’est devenu un récit au bic.

Je développe mes petites légendes dans différentes techniques : la crayon à papier, l’aquarelle et l’acrylique. J’apprécie particulièrement le mix média.

Les collages

Ce que j’aime le plus dans les collages, c’est l’aspect narratif.

Quelques images d’un magazine suffisent à produire un récit atypique. Hérité du surréalisme et du dadaïsme, le collage répond à l’absurdité du monde et lui donne sens de la manière la plus improbable.

Détail d’un collage personnel

Je pense continuer chaque série, que ce soit celle des chamanes, les collages ou encore (et surtout) le mood book, qui est à la base de toute ma création.

Tout ce travail est à la base de la création textile. Il permet d’ouvrir les portes de l’imaginaire pour ensuite le travailler en matière et de dépasser le simple empilage de laine.


Laisser un commentaire